L'EUROPE BRUNE

Publié le par A.P.ré. (Frédéric Guyonnet)

L EUROPE BRUNE

Les capacités en gigaoctets de nos ordinateurs seraient trop faibles si on devait relater l'intégralité des débilités, arguties de mauvaise foi et autres stupidités dites par les parlementaires de gauche lors des débats relatifs à la loi sur l'immigration.

L'argument certainement le plus honteux a été tenu par Jean Pierre Brard, député apparenté PC, qui osa déclarer: "Quand on voit certains de vos propos, on imagine ce qui se serait passé si certains d'entre vous avaient été Députés en 1940". Il est vrai que si certains s'étaient comporté comme certains hauts dignitaires communistes, ils auraient déserté l'armée Française face aux troupes nazies pour se réfugier à Moscou, alors allié de ces mêmes nazis suite au pacte germano soviètique, comme le fit un certain Maurice Thorez, ou ils seraient partis fabriquer des Messerschmitt en Allemagne comme un certain Georges Marchais, Fahrarbeiter à l'usine d'Augsbourg du constructeur d'avions pour la Luftwaffe....

Cependant restons vigilants. La peste brune est autour de nous. Elle entoure le pays au sud avec l'Espagne, au sud-est avec l'Italie, à l'est avec l'Allemagne et de l'autre côté de la Manche avec la Grande Bretagne. Tous ces pays pratiquent en effet les tests ADN pour matriser les fraudes massives en terme de regroupement familial. Je ne parlerai pas des pays scandinaves qui les pratiquent tous mais qui, plus éloignés de nous géographiquement, ne font pas peser la même menace sur nos sacro saintes "valeurs". Tous ces pays, de l'Espagne à la Suède, ont d'ailleurs des gouvernements socialistes qu'on peut désormais pratiquement qualifier de nationaux socialistes puisqu'ils ont recours aux tests ADN et que, pour paraphraser les parlementaires de gauche, le fait d'y être favorable transforme votre chemise en chemise brune.

Tant mieux pour les fraudeurs, il leur restera la France, qui leur offrira les allocs et l'éducation gratuite pour les enfants, la CMU et le RMI a la , ou aux, femme(s) et qui vous logera gratuitement avec le droit au logement opposable.

Le plus amusant dans la décision dramatique pour l'avenir du pays d'avoir capitulé devant les forces de la bien pensance est que les principaux partisans du refus des tests ADN sont les mêmes qui appelaient à voter "oui" à la constitution européenne, constitution qui faisait de l'immigration une prérogative européenne. Et si le oui l'avait emporté la majorité des pays européens auraient alors imposé les tests ADN à la France pour qu'elle se mette au diapason des autres sans qu'elle puisse s'y opposer. Auraient ils poussé alors les mêmes cris d'orfraie?

C'est aussi ça l'exception française et face à cette europe brune il ne nous reste plus qu'à chanter "Aux larmes citoyens".

Philippe DAVID http://vudedroite.over-blog.com/

Commenter cet article

Xav. 17/10/2007 09:13

Le problème majeur concernant les tests A.D.N. est que l'on a occulté la réalité concrète du dossier pour en faire un terrain de bataille idéologique.Il est temps à mon sens de revenir à des considérations plus pragmatiques.En effet, que se passe-t-il aujourd'hui réellement sur le terrain ?Lorsqu'une personne immigrée fait une demande de regroupement familial pour un membre de sa famille, cette demande est étudiée par l'administration.Le fonctionnaire en charge du dossier peut soit considérer que la demande est valable et donner un avis positif, soit penser qu'il y a une fraude éventuelle et rejeter la demande.On en arrive donc à 4 cas de figure : une personne de bonne foi peut voir sa demande acceptée, une personne ayant fraudé peut voir sa demande rejetée, une personne de bonne foi peut se voir refuser l'entrée dans notre territoire et une personne ayant fraudé peut voir sa demande acceptée. Tout cela dépend de la capacité de discernement du fonctionnaire et de la qualité du dossier.Il apparait évidement injuste qu'une personne de bonne foi se voit refuser l'accès à notre territoire sur une erreur de discernement.Pareillement, il me parait difficilement acceptable qu'une personne ayant menti sur ses liens de parenté mérite d'être accueillie sur notre territoire.Les tests A.D.N. permettraient d'aider le fonctionnaire dans ses choix difficiles : En effet, le test A.D.N. permettrait de confirmer de manière quasi-certaine le lien de parenté, ou de l'infirmer en cas de tentative de fraude.Ce mode opératoire me parait plus fiable que de se baser uniquement sur les capacités de discernement du fonctionnaire et sur un dossier 'papier' comportant pièces d'identité et actes de naissance dont on sait que de nombreux faux circulent (et se revendent) partout dans le monde.Ils permettraient par exemple de faire accepter le dossier d'une personne de bonne foi n'ayant pu se procurer son acte de naissance plutôt que celui d'une personne qui aurait eu assez d'argent pour se procurer de manière illicite tous les documents recquis.Biensur, ces tests engendreraient surement de nouvelles fraudes et il convient d'être vigilant quant à leur mise en application et le suivi des procédures. Il faudra surement même faire évoluer la loi régulièrement pour coller à la réalité du terrain.Aux détracteurs des tests A.D.N., je rappelle que la loi ne les rend pas obligatoires : seules les personnes désireuses de prouver à l'administration française leur bonne foi pourront faire un prélèvement pour attester de leur bonne foi.Personnellement, je trouve le système actuel assez injuste et je pense que les tests A.D.N. permettraient de solutionner efficacement des situations compliquées.D'ailleurs, lorsque nous regardons autour de nous, de nombreux pays d'Europe ont adopté ce type de mesure, quelque soit la couleur de leur gouvernement. J'aimerais savoir pourquoi il est si difficile en France de réussir à trouver un consensus au delà de nos partis politiques ...(pays Européens ayant adopté les tests A.D.N. : Suède, Allemagne, Espagne, Angleterre, Belgique etc etc)

Delaire Jacques-Daniel 11/10/2007 22:22

Comme d'habitude, Philippe nous a bien imagé ses propos, que je soutiens bien évidemment et replacé historiquement le parcours de certains personnages que mon père puis moi avons combattus en son temps ! Tout en soutenant l'action entreprise par notre Président, nous n'en restons pas moins des hommes libres, et des aiguillons de la majorité ou du gouvernement face à une opposition qui n'a rien à opposer !