La lettre de l'A.P.Ré. 18 : Une Victoire mesurée

Publié le par A.P.ré. (Frédéric Guyonnet)

« Le travail est au cœur des valeurs qui nous rassemble »
La Lettre de l’A.P.Ré

Les Réformateurs de l’UMP
Par Jean-Louis CHAVOILLON

jlc.jpg
Une Victoire mesurée

M
adame, Monsieur,

En ce jour du 18 juin, date commémorative pour beaucoup d’entre nous et symbole de l’Espoir, l’A.P.Ré - les « Réformateurs » de l’UMP saluent le choix que les français viennent de faire après ce second tour de la législative.

En donnant à Nicolas Sarkozy « la majorité pour servir la France » qu’il souhaitait, vous avez marqué le choix du changement,
de la créativité, de la reconnaissance, du mérite et du travail.

Vous avez exprimé votre refus de l'assistance systématique et aveugle au profit du courage et d'une solidarité bien comprise.

Mais le combat pour redynamiser notre pays ne s’arrête pas là. Bien au contraire, il commence.

Conscients que votre vote représente l’aspiration à une rupture profonde pour notre pays, l’A.P.Ré - les « Réformateurs » de l’UMP veillera pour que dans les semaines qui suivent, ces réformes, tant attendues par la société civile, soient votées et appliquées.

Outre son rôle de veille, l’A.P.Ré- les « Réformateurs » de l’UMP renforce au travers de sa nouvelle organisation, son rôle de « passerelle » auprès de la société civile et à l’image de l’ouverture voulue par Nicolas SARKOZY, nous invitons chacun d’entre vous à venir nous rejoindre dans cette action pour aider notre majorité en relayant le message pour la Réforme.

Pourtant ce succès est contrarié par l’ampleur mesurée de celui-ci et surtout par le grand chelem réalisé par la gauche en Haute-Garonne. Malgré la mobilisation de tous, c’est un « tsunami » à l’envers qui doit interpeller chacun d’entre nous et qui nous impose une réflexion lucide, sans tabous, sur ses causes profondes et sur les décisions que nous devons prendre afin de préserver l’avenir de notre famille politique au niveau local.

Plus que jamais, pour Nicolas SARKOZY et pour Toulouse, l’A.P.Ré – les Réformateurs de l’UMP, va œuvrer et s’impliquer durablement pour que notre « ville rose » ne bascule pas à gauche. Pour ce faire, nous continuerons à militer pour l’union des différentes sensibilités opposées à la gauche, pour la clarté politique, pour le renforcement du dialogue entre une droite moderne et un centre conquérant et pour le renouvellement de la classe politique.

Plus que jamais dans le prolongement de « l’appel des 100 », notre combat local reste cristallisé autour de la concrétisation des 5 projets vitaux que notre ville et notre région attendent  avec :

Le grand contournement de Toulouse

L'avenir du secteur aéronautique et l'implantation de Galiléo

L'affirmation d'un pole universitaire et de recherche de rang mondial

Toulouse 2013, capitale européenne de la culture

Le TGV en gare de Matabiau


Au nom de l’A.P.Ré et en mon nom personnel, nous félicitons encore une fois, l’ensemble de nos nouveaux élus et avons une pensée pour nos amis battus.
 

Nous ne doutons pas un seul instant que la nouvelle majorité sera fidèle aux engagements de Nicolas SARKOZY et à l’exigence de Réformes que nous attendons car, comme le soulignait DIDEROT, «sous quelque gouvernement que ce soit, la nature a posé des limites au malheur des peuples. Au-delà de ces limites, c’est ou la mort, ou la fuite, ou la révolte ».

Jean-Louis CHAVOILLON

Président de l’A.P.Ré – les Réformateurs de l’UMP

Commenter cet article

patrick CRASNIER 25/06/2007 11:31

La débacle du 17 juin aurait bien mérité un appel du 18 juin à Toulouse, mais ce ne fut pas le cas. En regardant d'un peu plus près cette défaite haut-garonnaise, on peut constater plusieurs causes qui ne doivent en aucun cas se reproduire. Tout d'abord les apprentis sorciers du MODEM, dans leur grande naïveté avaient crus qu'ils se positionneraient pour les municipales et deviendraient incontournables. leur but était donc personnel et leur action à participé allègrement à conduire à cette défaite. Ils étaient loin de croire que la majorité de leurs électeurs se positionneraient au deuxième tour sur les socialiste, mais il fallait être innocent pour croire le contraire à la suite des présidentielles et de la position de BAYROU.En second les soit-disant UMP du centre, ceux qui ratissent large avec un rateau à deux dents. ceux qui ne veulent pas prendre de position ferme (ce qui est bien là une attitude centriste) et qui ménagent la chèvre, le chou, le fermier et le client. Ceux là qui ne savent même pas s'ils sont UMP ou UDF ou celon la saison dans un parti ou un autre. La catastrophe vient aussi un peu de leur manque de clarté dan les positions, je connais certains UMP très clairs dans leurs idées qui avaient des hésitations à voter pour eux.Enfin la pollution  de cette élection par les municipales, erreur de cible, erreur de communication, erreur de positionnement et surtout désir de garder une des chaises où l'on est bien assis au capitole.A l'évidence c'était à la fédération de mettre de la clarté et de prendre des positions fermes. malheureusement cet échec c'est aussi son échec car trop impliquée aussi dans le débat municipal.Maintenant nous sommes dans un département d'opposition, mais quand on entend les ministres socialiste défendre les actions de Nicolas Sarkozy alors que le silence règne dans les rangs des ministres pas tellement nouveaux, on peut peut être penser que ce sera pareil sur le terrain. L'avenir est ouvert, à condition de retrouver le chemin d'un discours ferme, réformateur, cherchant des solutions innovantes pour le France (et pas des associations pour la municipalité) le combat commence car regagner le terrain perdu sera difficile et surtout il devra se faire avec une véritable rupture avec la politique du siècle passé.

pelouze odette. 19/06/2007 16:46

les resultats sont la nous avons gagne donc ilfaut appliquer le progamme de Nicolas Sarkosy et etre ferme sur le controle du travail de nos deputes heureusement Francois Fillonest lui aussi est ferme pourmener son equipe pour gagner bon courage atous odette pelouse

Delaire Jacques-Daniel 19/06/2007 09:49

Il est clair que le compte à rebours pour les municipales est en marche, avec une UMP et certains élus, qui se voulaient lisses comme une savonnette mouillée ! Etre courtisant, flatteur et surtout ne pas faire de bruit pour ne pas déplaire pour certains, ou sous un filet de camouflage pour les autres, des caméléons voulant être Modem avec le Modem, UDF avec l'UDF, UMP avec l'UMP et Toulousians avec les Toulousains !Seulement voilà, il vaut mieux être sois-même, et annoncer la couleur comme l'a fait pendant la campagne électorale,Nicolas Sarkosy, sur des vrais projets ambitieux pour la France, que de jouer à "je veux être vizir à la place du grand vizir" à Toulouse !Il y a le feu mes amis, il faut rebatir la maison sur les cendres de la compromition et je souscris et approuve notre ami Pouchelon dans son commentaire !L'APré a son rôle d'aiguillon et surtout de proposition dans cette reconstruction d'urgence, et je pense que pour les municipales, elle devrait-être un nouveau vivier d'hommes et de femmes, pour nourrir les listes, en remplacement de courtisans usés !Mais je sais par expérience, que certains élus sont si bien vissés à leurs fauteuil, que je me demande si Toulouse n'est pas déja tombée à gauche !

E POUCHELON 18/06/2007 21:53

Cher ami, quelle modération dans tes propos...A Toulouse et en Haute Garonne, il s'agit d'une véritable débâcle que rien ne saurait excuser et surtout pas une "contre vague" rose. Perdre deux députés après la victoire de Nicolas Sarkozy est un véritable échec. Il faut aller jusqu'au bout de la critique si nous voulons espérer des prochaines échéances. Il y a trop longtemps que nous sommes nombreux à ne pas approuver les options de la fédération UMP. A vouloir écarter toute critique, à vouloir se servir de l'UMP uniquement pour les ambitions des élus, en particulier au service de la mairie de Toulouse, l'échec était assuré. La stratégie que j'ai qualifiée de "Bayrou locaux" a démontré son échec? Nous avons besoin de dirigeants et d'élus qui affichent leurs opinions, défendent leurs valeurs. Non le projet pour Toulouse ce n'est pas l'appel des 100, le projet pour Toulouse ne peut se résumer à ces 5 projets. Il faut une véritable vision de l'avenir de notre ville, de son environnement, de sa qualité de vie (mis à mal par l'expansion immobilière démesurée, par des travaux non maîtrisés, par une gestion de la circulation copie de la politique de Delanoë à Paris...). IL faut montrer aux toulousains qu'on les aime, qu'on veut préserver  ce qui fait l'art de vivre toulousain et non pas calquer d'autorité à Toulouse des théories venues d'autres capitales...Il y a vraiment de quoi engager une véritable réflexion sur l'avenir politique de notre ville et de notre région. Pour celà il faut revenir au fond, à nos valeurs et oublier momentanément les ambitions personnelles. Alors des personnalités de qualité émergeront pour diriger notre parti et conduire les échéances électorales.Bien amicalement.